Show More

Acteurs 

Ariane Ascaride

Jean Pierre Darroussin

Anaïs Demoustier

Gérard Meylan

Grégoire Leprince-Ringuet

Robinson Stévenin

Lola Naymark

Synopsis

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.
Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie… 
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.

Mon commentaire

Marseille, de nos jours. Mathilda (Anaïs Demoustier) vient de mettre au monde une petite fille, Gloria. Autour d’elle, c’est l’effervescence et la joie : il y a Nicolas (Robinson Stévenin) le père, Sylvie (Ariane Ascaride) et Richard (Jean-Pierre Darroussin) les grands parents, mais aussi Aurore (Lola Naymark), la sœur cadette de Mathilda et Bruno (Grégoire Leprince-Ringuet) son mari.

Il faut dire que les temps sont durs, et les occasions heureuses rares, d’autant que personne ne roule sur l’or, les situations professionnelles des jeunes comme de leurs aînés étant généralement plutôt précaires, à l’exception de Bruno et Aurore qui ont monté un magasin ‘tout cash’, qui rachète à vil prix tout et n’importe quoi et revend avec profit, profitant de l’indigence. De son côté, Richard pense que cet heureux événement serait l’occasion de renouer avec Daniel (Gérard Meylan), le véritable père de Mathilda, qui purge une peine de prison à Rennes pour des motifs peu clairs.

Daniel, qui vient d’être libéré, arrive à Marseille pour faire connaissance avec sa petite fille, malgré l’attitude hostile de Mathilda qu’il n’a en fait jamais élevée...Retour pour lui dans des lieux qui ont à la fois changé, dans un monde de plus en plus chargé d’égocentrisme et de misère...

Robert Guédiguian avec cette réalisation assortie d’une belle sensibilité revient sur le genre qu’il défend depuis toujours : la chronique sociale, qui dessine avec brio les portraits de petites gens issus des milieux modestes et pour lesquels le destin est parfois extrêmement injuste. Et même si le film est particulièrement émouvant, on peut le trouver néanmoins un peu trop caricatural : d’un côté, il y a un monde qui a besoin absolu de travailler pour subvenir aux besoins des siens, quitte à faire fi du droit de grève, mais qui prône au moins une solidarité familiale à défaut d’en trouver côté social : Richard et Sylvie et même Daniel en sont les acteurs inconditionnels. Et de l’autre, le couple Aurore- Bruno, au comportement parfaitement abject, dans l’intimité comme à l’extérieur - avec un trait un peu trop forcé volontairement – correspond à tout ce que la société peut produire de plus vil…

Robert Guédiguian réussit néanmoins à nous toucher sincèrement avec ce nouveau film, même si au bout du compte l’arrivée au monde de la petite Gloria et l’euphorie qui s’en est suivie n’est pas suffisamment lumineuse pour contrer la noirceur du quotidien : cela ne suffit pas à rendre le monde meilleur et à diffuser un optimisme bienveillant.

 

Ariane Ascaride s’est vu décerner le prix d’interprétation féminine à la dernière Mostra de Venise.

Ma note :  15/20