Show More

Acteurs 

Julianne Moore

John Turturro

Karen Pistorius

Michael Cera

Brad Garrett

Synopsis

La cinquantaine frémissante, Gloria est une femme farouchement indépendante. Tout en étant seule, elle s'étourdit, la nuit, dans les dancings pour célibataires de Los Angeles, en quête de rencontres de passage. Jusqu'au jour où elle croise la route d'Arnold. S'abandonnant totalement à une folle passion, elle alterne entre espoir et détresse. Mais elle se découvre alors une force insoupçonnée, comprenant qu'elle peut désormais s'épanouir comme jamais auparavant…

Mon commentaire

Gloria (Julianne Moore) assume totalement sa cinquantaine. Bien que divorcée, elle croque la vie à belles dents, partageant son temps entre son travail - elle est commerciale au sein d’une société d’assurances – , des visites ponctuelles chez son fils et sa fille qui sont indépendants et vivent plus ou moins en couples. Mais sa grande passion, c’est la danse : elle est cliente assidue de discothèques et dancings fréquentés surtout par des célibataires, où elle flirte gentiment, enchaîne des histoires sans suite et s’éclate sur des morceaux des années 70-80. Jusqu’au jour où elle rencontre Arnold Tenner (John Turturro), divorcé comme elle, avec lequel une véritable passion réciproque s’installe. Et si cela signifiait un retour à une vie amoureuse pleine d’avenir ? Force va être de constater que Gloria a gagné en force et n’est pas prête à renoncer si vite à la liberté, surtout qu’Arnold de son côté n’hésite pas à mentir pour conserver la sienne.

Si vous êtes un adepte de Julianne Moore, vous serez comblé : elle est de tous les plans dans ce film qui met encore une fois tout son physique et son jeu en valeur : on y retrouve toutes les facettes de ce talent qui ont fait sa renommée, même si sa carrière pourtant riche s’est pourtant faite avec de la discrétion. Les images sont belles, les éclairages souvent tamisés très soignés mettant en valeur son joli visage. Les scènes de séduction avec John Turturro - également très juste dans le rôle d’Arnold, séducteur pas très honnête au total - sont assez convaincantes. Mais il faut bien dire que cette vie, qui paraît palpitante pour Gloria et l’enthousiasme permanent dont elle fait preuve nous laissent assez froids : côté spectateur, on s’ennuie ferme à suivre ses journées qui semblent bien monotones, surtout dans la première partie du film. Malgré quelques scènes de famille sympathiques et des beuveries dont les conséquences sont parfois assez cocasses, il faut bien reconnaître que le temps nous paraît bien long. Heureusement que lors des soirées on a le plaisir de redécouvrir des tubes connus qui ont fait les belles soirées des années 80 qui réveillent notre intérêt, ainsi qu’une scène finale originale excellente sur un fond musical « Total eclipse of of the heart » de Bonnie Tyler.

Il est d’ailleurs étrange que ce film « Gloria Bell » soit lui-même un remake du film chilien éponyme du réalisateur Sebastian Lelio qui l’a fait connaître (il a été depuis récompensé par un Oscar pour « Une femme fantastique » en 2017), film sorti sur les écrans en 2014…

Les deux films sont forcément différents parce que le remake correspond vraisemblablement à une demande de Julianne Moore (l’histoire est un véritable écrin pour son talent) et que l’action se déroule aux Etats Unis, et non plus en pays hispanophone. Lelio réalise ici par conséquent une sorte d’étude sociétale américaine, qui reflète l’état d’une population dont on sait que la moitié des cinquantenaires sont des divorcés !

A voir essentiellement pour Julianne Moore, littéralement flamboyante.

Ma note : 12/20