top of page

Casting : 

Anya Taylor Joy

Chris Hemsworth

Tom Burke

Alyla Browne

Charlee Fraser

Lachy Hulme

Angus Sampson

Nathan Jones

Synopsis

Le film est présenté en hors-compétition au Festival de Cannes 2024 

Dans un monde en déclin, la jeune Furiosa est arrachée à la Terre Verte et capturée par une horde de motards dirigée par le redoutable Dementus. Alors qu’elle tente de survivre à la Désolation, à Immortan Joe et de retrouver le chemin de chez elle, Furiosa n’a qu’une seule obsession : la vengeance.

Mon commentaire :

2015 avait vu le réalisateur australien George Miller nous proposer de façon surprenante une suite à la série des Mad Max des années 80 (avec l’excellent Mel Gibson en tête d’affiche). C’était donc ‘Fury Road’, avec l’apparition de Charlize Theron dans le rôle de l’impératrice Furiosa…On pensait que ce quatrième opus constituait la fin de l’histoire, mais ‘Furiosa’, proposé hors compétition à Cannes, prequel de ‘Fury Road’ complète de façon évidente la saga. On comprend maintenant ce qui a amené l’héroïne Furiosa (incarnée par Alyla Browne jeune puis Anya Taylor-Joy adulte) à se battre contre le redoutable Dementus (Chris Hemsworth, excellent en chef de troupe totalement barjo), à survivre malgré tout à la Désolation pour pouvoir enfin retourner chez elle, en Terre Verte, lieu paradisiaque dont elle a été arrachée toute petite.

Une fois replongé dan l’univers déjanté des ‘Mad Max’, il faut bien reconnaître que George Miller reste un des maîtres incontournables (après ‘Dune 2’ de Denis Villeneuve) du film de science-fiction dont l’action se déroule dans le sable au sein d’un monde postapocalyptique. Côté pitch, l’idée simple pour tout un chacun de se battre pour retrouver un Eden où il fait bon vivre semble une évidence et valide d’emblée la quête de Furiosa, mais dont la vengeance face à la furie de certains hommes est d’abord primordiale avant d’envisager le futur. Et le recours à la violence de sa part parait bien normal après ce qu’elle a vécu.

Il faut avouer que les presque deux heures et demie de spectacle passent sans qu’on ait le temps d’y penser, tant la mise en scène est brillante et la créativité riche ! On est juste épaté par l’imagination sans borne de George Miller en découvrant les incroyables machines à moteur créées de toute pièce qui apparaissent au fil des scènes, dont certaines comme celle de l’attaque du convoi routier qui dure une vingtaine de minutes n’est rien moins qu’époustouflante. Peut-être un bémol quand même dans cet alignement de louanges, celui concernant une perte d’idée de temporisation, qui se manifeste notamment dans le rythme de l’évolution physiologique pas très crédible de l’héroïne par rapport à ses ennemis…

Mais ‘Furiosa’ pour les amateurs du genre constitue un spectacle bluffant à voir impérativement sur grand écran pour apprécier à sa juste valeur le talent indéniable de son génial metteur en scène George Miller.

Ma note :    16/20
bottom of page