Acteurs 

Sara Forestier

Noémie Lvovsky

Annabelle Langronne

Nicolas Cazalé

Sergi Lopez

Jonas Bloquet

Salomé Dewaels

Synopsis

Axelle, Dominique et Conso partagent un secret. Elles mènent une double vie. Elles se retrouvent tous les matins sur le parking de la cité pour prendre la route et aller travailler de l’autre côté de la frontière. Là, elles deviennent Athéna, Circé et Héra dans une maison close. Filles de joie, héroïnes du quotidien, chacune se bat pour sa famille, pour garder sa dignité. Mais quand la vie de l’une est en danger, elles s’unissent pour faire face à l’adversité

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Mon commentaire

C'est juste incroyable de voir comment le simple fait de traverser une frontière peut changer la vie de ces femmes. Côté français dans un ensemble HLM, Axelle (Sara Forestier), Dominique (Noémie Lvovsky) et Conso (Annabelle Langronne) sont trois femmes qui galèrent. Axelle, séparée de Yann (Nicolas Cazalé) son ex qui visiblement la violentait mais refuse de la quitter, essaie tant bien que mal d'élever ses trois jeunes enfants, aidée par sa mère. Conso, sa voisine, cherche le prince charmant, dont elle veut un enfant. Dominique, quant à elle, les retrouve tous les matins au pied de la cité dans sa voiture, pour juste les conduire en Belgique changer chaque jour de vie, car elles se prostituent. En dehors de l'argent qu'elles gagnent dans la maison-close qu'elles partagent avec d'autres, c'est le moment des retrouvailles entre les passes, et surtout d'une complicité indéfectible malgré quelques différends ou jalousies... Entre elles, dont la vie quotidienne est loin de leur apporter le bonheur et la sécurité, c'est l'union sacrée face à l'adversité...

Double vie, certes. Mais les réalisateurs Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich n'ont pas choisi de mettre en opposition les deux côtés de la frontière, ni de poser la question de la nécessité de l'existence des maisons-closes, quoique... Une chose est certaine, on voit bien qu'Axelle comme Conso sont issues de milieux très modestes et n'ont guère d'éducation, donc peu de possibilité de travailler autrement pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Dominique, quant à elle, qui joue un peu leur maman et garde chiourme, exerce en fait le métier d'infirmière, mais on découvre que son mari et ses grands ados d'enfants brillent par leur oisiveté en vivant à ses crochets. Mais ils ignorent l'autre face de la vie de leur épouse ou mère, et ne posent jamais de questions sur l'origine du cash qu'elle sort de son sac...

Ce qui ressort surtout ce film qu'on aurait pu penser instructif, qui tente malgré tout de mêler drame et légèreté, c'est surtout une complaisance dans le côté glauque et un portrait finalement pas très crédible de cette classe ouvrière qui doit traverser des moments difficiles mais dont le film donne une image particulièrement peu reluisante. Il y a des maladresses, surtout quand le film plonge dans le thriller, car au total on a plus l'impression d'un certain mépris que d'une véritable empathie pour ces femmes. Quant aux hommes du film, ils ne conservent que la portion congrue des rôles, d'autant que Yann, l'ex qu'on voit épisodiquement joue un rôle pas très crédible (fait-il peur à Axelle, ou l’aime-t-elle encore ?), et Sergi Lopez, qui interprète le mari de Dominique doit à peine aligner une demi-douzaine de répliques. Le film tient toutefois la route grâce à la présence de trois belles actrices qui illuminent cette histoire pas très reluisante.

Ma note :  11/20