Au Palais du Louvre jusqu'au 24 février 2020

Thématique :

Un artiste hors du commun, des œuvres très fragiles, des tensions diplomatiques... tels sont les ingrédients de l'exposition Léonard de Vinci, qui ouvre ses portes ce jeudi 24 octobre.

C'est un événement historique et éblouissant, politique et de longue haleine. L'exposition Léonard de Vinci ouvre ses portes ce jeudi 24 octobre au musée du Louvre, pour célébrer le 500e anniversaire de la mort de Leonard de Vinci. Avec 180.000 pré-réservations, dix ans de travail, 160 œuvres exceptionnelles, certaines prêtées par la reine d'Angleterre et Bill Gates... L'exposition s'annonce comme celle des superlatifs. À lire : Pourquoi Léonard de Vinci est le plus grand dessinateur de tous les temps D'autant que l'année dernière, on a frôlé la crise diplomatique avec l'Italie, qui prête finalement toutes les œuvres promises à la France. Et puis la personnalité de Léonard de Vinci, génie absolu et pluridisciplinaire, fascine toujours autant les foules. Sans compter la fragilité des œuvres, qui, jusqu'à ces derniers jours, a failli remettre en cause

Mon commentaire

C’est à l’occasion du cinq-centenaire de la mort de Léonard de Vinci qu’a été organisée cette fabuleuse exposition consacrée à son œuvre aussi géniale que diversifiée. Car tout le monde est d’accord pour constater que Lionardo di San Piero da Vinci, dit Leonardo da Vinci (1452-1519) était un personnage hors du commun, touche à tout aux multiples talents, allant de l’esquisse à la peinture, de la sculpture et aux études mathématiques et scientifiques, dans toutes ses dimensions, corporelles, technologiques, physiques…

L’exposition du Louvre propose une rétrospective de ses œuvres : plus de 180 au total, dont beaucoup viennent d’Italie mais aussi de collections privées (certaines même de la cour d’Angleterre !). Les commissaires à l’exposition ont choisi de ne pas les classer par ordre chronologique, mais de les regrouper autour de 4 thèmes : « Ombre, lumière, relief », « Liberté », « Science » et « Vie », sans oublier d’informer le visiteur sur les étapes de la vie de l’artiste, en Italie bien entendu puis son arrivée en France à la fin de sa vie.

Afin de mieux situer l’œuvre de Leonard de Vinci dans son contexte, l’exposition s’ouvre sur une magistrale sculpture en bronze coulé, « Le Christ et Saint Thomas », exécutée par Verrocchio pour l’église florentine d’Orsanmichele. C’est à cette école que De Vinci a été formé. Il en a tiré une approche profondément picturale de la sculpture, qui a été à l’origine du fondement de son propre univers, « l’idée que l’espace et la forme sont engendrés par la lumière ». On découvre autour de - toute une série de peintures monochromes sur toile de lin exécutées par le Maître dès son plus jeune âge, nous livrant son travail sur les reliefs des tissus, qui apparaissent simplement par le jeu des ombres et de la lumière…

Une chose est certaine, c’est qu’en dehors des peintures exposées - dont quelques-unes font partie de la collection permanente du Musée du Louvre – qui sont forcément visibles même de loin, l’exposition nous fait découvrir une multitude d’objets de taille souvent réduite, de pages manuscrites remplies de notes rédigées avec une écriture serrée et des carnets à découvrir : cela implique de pouvoir se déplacer sans trop d’encombre au sein des salles de l’exposition pour pouvoir approcher des vitrines où ces objets et études sont exposés.

Une précision tout de même : « La Joconde » si connue ne fait pas partie de l’exposition, car les commissaires ont préféré la laisser apparaître dans son écrin habituel dans les étages. Pour vous consoler, au-delà de « la belle Ferronnière » qui figure comme emblème de l’exposition, vous pourrez redécouvrir en fin de parcours les célèbres tableaux intitulés « la Sainte Anne » et toutes les études effectuées en amont, « Saint Jean Baptiste », « le Salvator Mundi » ou comme moi, vous émerveiller devant la merveilleuse « Scapiliata » (comprenez l’Échevelée) aux traits si contemporains.

Au total, une superbe rétrospective témoignant de l’incroyable génie avant-gardiste et visionnaire de Leonard de Vinci disparu il y a un demi millénaire, vue de plus en visite privée dans des conditions optimales !

Ma note : 17/20
IMG_5825.JPG

portrait de L de Vinci- Francesco Melzi (photo perso)

la Belle Ferronnière (photo perso)

IMG_5787.JPG

La quadrature de la couronne du cercle -photo perso

IMG_5782.JPG

La Cène -marco d'Oggiono d'après Léonard de Vinci (photo perso)

Le Christ et St Thomas - Verrocchio (photo perso)