Vu en streaming sur Netflix - (2019)

Acteurs 

Violante Placido

Alessio Boni

Enrica Pintore

Francesco Pannofino

Beatrice Grannò

Moisè Curia

Roberto Ciufoli

Giorgio Gobbi

Synopsis

​

Alors que son affaire est au bord de la faillite, le chef d'entreprise Enrico Piaggio met au point une nouvelle invention révolutionnaire qui va faire bouger le monde.

Mon commentaire

Avec le film ‘Enrico Piaggio-Vespa’, le réalisateur Umberto Marino nous plonge dans un passé assez peu connu de l’Italie : celui de l’après-guerre, alors que le pays récemment bombardé par les Alliés tente de relancer son économie et de se réindustrialiser. Ainsi, on découvre la naissance d’un mythe : celui de la Vespa, nouvelle sorte de scooter, l’invention révolutionnaire que le chef d’entreprise Enrico Piaggio (Alessio Boni) va inventer de toute pièce à partir de son stock d’éléments d’avions devenu inutilisable compte tenu de l’interdiction imposée par les Alliés.

Mais créer ne suffit pas : après les balbutiements et errements de fabrication, il faut que Piaggio se crée une réputation sans faille et trouve son marché en ces temps de crise économique. Surtout que par ailleurs des banquiers peu scrupuleux veillent, prêts à lui racheter son usine pour une bouchée de pain…

C’est par l’intermédiaire de sa secrétaire Suso (Beatrice Grannò), qu’il va apprendre qu’à Rome le célèbre metteur en scène William Wyler s’est installé dans les studios de Cinecitta de Rome pour tourner ‘Vacances Romaines’ un film ayant pour têtes d’affiche Audrey Hepburn et Grégory Peck. Dès lors, Enrico Piaggio n’a plus qu’une idée en tête : celle de voir les deux comédiens glamour arpenter les rues de Rome en chevauchant la fameuse Vespa, la renommée mondiale sera alors assurée…

‘Enrico Piaggio – Vespa’ s’avère être un film passionnant de bout en bout, puisque le film explique comment le fleuron italien de l’aviation à partir de 1946 a effectué sa mue pour devenir le symbole de la liberté dans les années 1955 pour les jeunes, Italiens puis autres. Ce qui est agréable dans ce biopic – certes joliment romancé- c’est de découvrir la personnalité d’Enrico, le cadet de la famille qui hérité de cet empire avec son frère. Grâce à sa ténacité, à Suso sa secrétaire, à la fidélité qu’il a su créer avec ses salariés, mais aussi à la plume du journaliste Peter Panetta (Moisè Curio) et le soutien de Paola (Enrica Pintore) , une riche veuve récemment rencontrée, Enrico contre vents et marées va devoir se battre pour imposer son invention et la marque…Même si tout le monde connaît l’issue de l’histoire en regardant ‘Vacances Romaines’ !

Filmé de façon plutôt conventionnelle – ah, les flashbacks partant avec des couleurs grisées font un peu kitsch -, le film nous propose néanmoins de nous emmener aux confins le petite et de la Grande Histoire. Ajoutez-y une grosse pincée de romance et un casting vraiment impeccable, toujours habillé avec chic, un peu de suspense côté complots, et vous obtenez certes un film un peu trop lisse mais plastiquement séduisant et finalement bien agréable à découvrir.

Ma note :  16/20