Acteurs

Ricardo Darin

Dolores Fonzi

Erica Rivas

Elena Anaya

Leonardo Franco

Christian Slater

Daniel Giménez Cacho

 

Synopsis

Au cours d’un sommet rassemblant l’ensemble des chefs d’état latino-américains dans un hôtel isolé de la Cordillère des Andes, Hernán Blanco, le président argentin, est rattrapé par une affaire de corruption impliquant sa fille. Alors qu’il se démène pour échapper au scandale qui menace sa carrière et sa famille, il doit aussi se battre pour conclure un accord primordial pour son pays.  

Mon commentaire

Le metteur en scène argentin Santiago Mitre est définitivement un spécialiste des films politiques. Après le très bon « Paulina » en 2015, il nous emmène cette fois à un sommet de dirigeants d’Amérique du Sud et du Mexique, en plein cœur de la Cordillères Andes, au Chili. Les président(e) s sont tous présents pour entériner la création d’une union pétrolière commune à tous les pays du sous continent américain, mais les luttes d’influence sont énormes.

Parmi eux le président argentin Hernan Blanco (excellent Ricardo Darin) à la réputation sans faille, si ce n’est que la presse vient de découvrir que son ex gendre et sa fille Luisa Cordero (Erica Rivas) sont mêlés à une affaire de corruption bien dérangeante.

Qu’importe, l’intérêt pour le sommet panaméricain prime sur tout le reste, mais les volontés de suprématie du président brésilien Oliveira Prette ou mexicain Sebastian Sastre viennent brouiller les cartes. Sans compter que la fille de Blanco qui vient de rejoindre son père au Chili semble tomber dans une sorte de dépression gravissime.

En regardant ce film à la fois riche d’enseignements sur la façon dont sont gérés et décidés les enjeux politiques nationaux, on ne peut plus qu’être très inquiet, même si l’on ne se faisait plus guère d’illusions sur le fonctionnement des puissances mondiales. Il est clair que la probité des plus grands peut vite être mise à l’épreuve et la glissade vers le Monde Obscur et corrompu inéluctable. Même si dans le jeu du chantage, on verra forcément que ce n’est pas forcément le plus fort qui remporte la mise. A  ce propos, la scène de face à face entre le secrétaire d’Etat américain (Christian Slater) et le président argentin Blanco est extrêmement réussie et croustillante.

Il est néanmoins dommage que le metteur en scène nous emmène parfois sur différentes pistes plus glissantes et non abouties liées à la vie privée de Blanco, donc en dehors du dilemme sud américain qui nous égarent sans rien apporter de plus à cette histoire. Au total, une petite déception car on ne sait pas si le metteur en scène a choisi de filmer un drame psychologique ou un film de suspense politique.

Ma note : 13/20