Show More

Acteurs 

Colin Farrell

Danny de Vito

Michael Keaton

Eva Green

Alan Arkin

Nico Parker

Finley Hobbins

Synopsis

Les enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler…

Mon commentaire

Un éléphant avec de grandes oreilles qui lui permettent de voler, ça vous dit bien quelque chose ? Il était le héros de la romancière Helen Aberson, dans son livre publié en 1939…Et bien, les studios Disney ont demandé au génial metteur en scène Tim Burton d’assurer l’adaptation de « Dumbo », le sombre mais touchant dessin animé qui est sorti en 1941 aux États Unis et en Europe dans l’après-guerre. Mais comme dans toutes les précédentes reprises, ici, tous les personnages sont faits de chair et d’os, humains comme animaux... Encore une belle gageure pour le réalisateur !
L’histoire, pour mémoire, se situe à la fin de la première guerre mondiale, aux États-Unis, quelque part en Floride. Le cirque Medici est en pleine déconfiture dans l’après-guerre et Max Medici a vendu petit à petit tout ce qui faisait le succès de ses numéros. Holt Farrier (Colin Farrell) cavalier émérite et lanceur de lasso talentueux vient de rentrer de la guerre avec un bras en moins, mais veut reprendre ses numéros. Hélas, il découvre que ses chevaux ont été vendus et que Max a en revanche fait l’acquisition d’une éléphante d’Asie, Mme Jumbo, qui est sur le point de mettre bas. L’arrivée du bébé suscite l’émoi et les moqueries de tous : il est pourvu d’oreilles gigantesques qui lui donnent un air ridicule. Ce sont les enfants de Holt, Milly (Nico Parker) et Joe (Finley Hobbins) qui vont découvrir le véritable talent insoupçonné de leur protégé baptisé accidentellement Dumbo (Dumb signifiant idiot en anglais) séparé cruellement de sa mère : il peut voler ! … Ce qui va susciter l’intérêt des spectateurs pour le cirque qui attaque une nouvelle tournée à travers les Etats Unis, mais aussi celui d’un magnat du spectacle et des parcs d’attraction, le ténébreux V. A. Vandevere (Michael Keaton) prêt à tout pour acquérir l’éléphanteau volant, même à des engagements contractuels totalement véreux.
Soyons honnête : l’univers du «Dumbo » 2019 crée par Tim Burton reste très proche de celui de son modèle d’origine, même si on reconnaît la traditionnelle patte du réalisateur, notamment dans la retranscription de « Dreamland », le parc d’attraction de Vanderbilt qui fait penser - outre aux parcs à thème de Disney version avant garde - à l’ambiance du décor de « Charlie and the Chocolate factory ». Les effets spéciaux sont particulièrement réussis (même en version 2D) et le casting sans reproche, Colin Farrell étant excellent en héros dépassé et en père attentif au bonheur et à la sécurité de ses enfants. Pour sa part, Medici alias Danny de Vito est très bon dans le rôle du facétieux et imprévisible directeur de cirque mi- portion, de même qu’Eva Green au sourire et à la grâce envoûtants dans le rôle de la gracieuse acrobate française partenaire du malfaisant Vandevere.
Tim Burton apporte néanmoins sa touche personnelle à l’histoire en mettant en avant le droit d’exister pour les êtres marginaux ou différents : le film est souvent touchant, souvent très humain sans jamais être larmoyant. La reconstitution et l’ambiance de la vie du cirque est également très réussie. Même si les animaux n’ont pas la même forte présence que dans le dessin animé (dans lequel ils parlaient, notamment les oiseaux et Timothée, la souris amie de Dumbo), ils ont néanmoins présents à plusieurs reprises dans le film. Film qui va d’ailleurs plus loin que le dessin animé original qui s’achève lorsque Dumbo prend vraiment conscience de son pouvoir. Il y a donc plus à découvrir dans la version de Tim Burton, mais le film dans sa globalité reste très - trop ? - sage pour les amateurs de fantaisie. Cela fera néanmoins le bonheur des plus jeunes des spectateurs et de leurs parents !

Ma note : 15/20