Dry-bones
Dry-bones
press to zoom

Résumé

La découverte d’un énorme T-Rex parfaitement conservé est une excellente surprise pour le comté d’Absaroka. En revanche, la découverte du corps du rancher cheyenne Danny Lone Elk, propriétaire des terres où gît le dinosaure, est une sacrée mauvaise nouvelle pour le shérif du comté, Walt Longmire. D’autant que les ossements du monstre préféré́ d’Hollywood sont estimés à des millions de dollars, ce qui crée bien des complications juridiques. Lorsque le FBI s’en mêle, Walt a peu de temps pour découvrir à qui profite la mort de Danny. Il fait donc appel à ses fidèles amis, le vieux shérif Lucian Connally et l’infatigable Indien Henry Standing Bear, et se lance dans une poursuite particulièrement périlleuse

Mon Commentaire

Première découverte pour moi de l’univers de Craig Johnson, romancier américain dont l’œuvre a été adaptée de longue date à travers des séries à la télévision et rencontre visiblement un large succès public là-bas. ‘Dry Bones’ constitue l’un de ses plus récents romans policiers (au total, on en compte une quinzaine à ce jour), qui relate une enquête de son personnage fétiche le shérif Walt Longmire.

Cette fois, Longmire est confronté à la découverte du squelette d’un énorme T-Rex dans un état de conservation excellent, ce qui constitue une aubaine pour le comté d’Absaroka, car outre l’intérêt marqué des archéologues, les ossements sont estimés à plusieurs millions de dollars en cas de vente. Mais parallèlement, le shérif découvre également le cadavre de Danny Lone Elk, le rancher cheyenne propriétaire du terrain où git le dinosaure.

Avec l’arrivée du FBI, Longmire se trouve sous pression pour élucider le meurtre et découvrir à qui cela peut profiter…

A vrai dire, c’est par pur hasard que j’ai découvert cet écrivain et son œuvre par le truchement de ce livre : n’étant pas particulièrement un aficionado du roman policier ni très attiré par la culture de l’Amérique profonde, il ne vous semblera pas étonnant que je sois dubitatif en ayant refermé ‘Dry Bones’. D’abord parce que l’intrigue est assez ténue et que le foisonnement de personnages – dont la présence de certains ne me paraissait pas utile-, donne l’impression de délayer l’histoire et de nuire à un éventuel suspense. D’autre part parce que le style de l’auteur n’est pas particulièrement soigné : il se perd dans des détails qui ont peut-être de l’intérêt pour un public américain, mais qui laissent au mieux pantois de ce côté de l’Atlantique ! J’ai également lu que l’auteur était reconnu pour son humour …En ce qui me concerne, je n’en ai trouvé guère de traces !

Rien qu’avec ces éléments préliminaires, vous comprendrez que ‘Dry Bones’ ne fera pas de vieux os dans ma bibliothèque.

Ma note : 10/20
Craig_Johnson Lyoncapitale.jpeg

Photo Lyoncapitale.fr