Show More

Acteurs

Joaquin Phoenix

Jonah Hill

Rooney Mara

Jack Black

Beth Ditto

Synopsis

Même après avoir failli mourir dans un accident de la route lors d’une nuit de beuverie avec son ami Dexter, John Callahan n’a pas la moindre intention d’arrêter de boire. Il finit pourtant par suivre une cure de désintoxication, soutenu par sa compagne et un mentor charismatique, et se découvre alors un don inattendu… Il crée des dessins à l’humour noir, satirique et insolent, qui lui vaudront un succès international dès leur publication dans la presse. En dessinant, Callahan découvre une nouvelle manière de voir la vie…

Mon commentaire

Après le très mitigé « Nos souvenirs », présenté à cannes en 2015, le dernier opus du metteur en scène Gus Van Sant penche clairement vers des films du type « Will Hunting » ou « Harvey Milk » pour lesquels il avait recueilli un franc succès. Il faut dire que le film à l’étrange titre  ‘Don’t worry, he won’t get far on foot » que l’on pourrait traduire en français en « Pas d’inquiétude, il n’ira pas loin à pied » retrace la vie ô combien bizarre du dessinateur caricaturiste John Callahan (Joaquin Phoenix), victime à 21 ans d’un grave accident de voiture qui le laissera tétraplégique. John, il est vrai,  a été abandonné par sa mère très jeune et confié à une famille d’adoption, mais n’a jamais ressenti l’impression d’être aimé ni reconnu à sa juste valeur dans la société. Il a rapidement compensé ce manque cruel d’affection et son mal-être par une descente aux enfers dans l’alcoolisme dès son plus jeune âge.

Les droits de l’autobiographie de John Callahan ont été achetés dans les années 90 par Robin Williams, qui avait projeté de produire le film et d’incarner le dessinateur, laissant en revanche Gus Van Sant en assumer la réalisation. C’est finalement en 2014, après le décès de Robin Williams que Gus reprend les droits à son compte. Etant comme Callahan originaire de Portland, Gus Van Sant s’est probablement senti en osmose avec le personnage et a confié l’interprétation de Callahan à Joaquin Phoenix, avec lequel il avait déjà tourné «Prête à tout » en 1995.

Une des originalités du film réside dans la façon dont Gus Van Sant choisit de raconter la vie de John Callahan. Partant de réunions du type alcooliques anonymes organisées par Donnie (Jonah Hill) un  sympathique Gourou, il parvient à retracer le périple de la vie très glauque de Callahan comme à travers un kaléidoscope, depuis sa rencontre fortuite avec un autre ivrogne décomplexé, Dexter (Jack Black), à l’origine de l’accident, jusqu’au coup de foudre avec la charmante kiné Annu (Rooney Mara). Grâce à elle, il va reprendre goût à la vie, même si la route vers la désintoxication totale est encore longue. Les dessins de Callahan et sa vision de la société pourvoiront intensément à sa guérison et au retour de la confiance en lui.

Il y a beaucoup d’humanité et de tendresse dans la façon dont Gus Van Sant filme tous les patients de ce groupe d’alcooliques. On a parfois envie de les « secouer »pour les inciter à rebondir, même s’ il est clair qu’à partir du moment où ils ont choisi de rejoindre le groupe, c’est la voie du salut qui s’offre forcément à eux, mais pas nécessairement sans difficultés. En même temps, on les plaint et on les admire pour les efforts qu’ils fournissent chacun pour s’en sortir.

Dans sa phase de rémission progressive, John Callahan malgré son état conserve un sens de l’humour décapant qu’il va mettre au service des multiples caricatures et dessins qui fleuriront bientôt dans tous les grands titres de la presse américaine de la fin des années 70.

Gus van Sant a réussi à faire de l’adaptation du livre de Callahan un film plutôt positif malgré un contexte particulièrement dramatique: on sourit d’ailleurs très souvent au cours du film et on ne peut être qu’attendri par le parcours psychologique de Callahan parsemé de nombreux obstacles. Il est fort possible que l’interprétation magistrale de Joaquin Phœnix- décidément à l’aise dans des partitions très différentes - n’y soit pas étrangère. Etonnant.

Ma note : 16/20