Show More

Acteurs 

Marcello Fonte

Eduardo Pesce

Alida Baldari Calabria

Nunza Schiano

Adamo Dionisi

.

Synopsis

Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle. Il fait alors l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce...

Interdit aux moins de 12 ans

Mon commentaire

Italie de nos jours, une station balnéaire italienne en décrépitude. Marcello (Marcello Fonte) vit seul. Il est toiletteur pour chiens : ils constituent sa passion essentielle, mis à part l’amour qu’il éprouve pour sa fille Alida (Alida Baldari Calabria) avec laquelle il s’adonne régulièrement à la plongée sous-marine. Marcello est le portrait même de l’homme discret, gentil, dévoué, toujours prêt à rendre service.
Son ‘ami’ Simoncino ( impressionnant Eduardo Pessce) qui sort de prison l’a bien compris : pas très difficile de faire faire à Marcè ce qu’on veut de lui, surtout qu’il est son fournisseur en poudre blanche. Avec sa carrure de boxeur, Simonè continue à racketter le quartier sans vergogne et à brutaliser tous ceux qui se trouvent sur son passage. Il n’a guère de mal à influencer Marcè et à l’utiliser même pour ses projets les plus malsains... Qui dit gentillesse, dit faiblesse, et entre
gentillesse et veulerie, la frontière est parfois bien mince...Il est clair que Marcello est prêt à beaucoup de choses pour rendre service et surtout pour être reconnu comme un véritable ami fiable et fidèle par son entourage, même si les conséquences sont énormes…

« Dogman », la nouvelle réalisation de Matteo Garrone, est d’abord le récit d’une chronique sociale, adapté d’un fait divers et constitue le reflet de la vie d’une partie déshéritée de l’Italie. On y trouve « d’honnêtes travailleurs » qui néanmoins tirent le diable par la queue, confrontés au quotidien à de petits escrocs ou malfrats, qu’ils ne supportent plus mais dont la société ne peut les débarrasser. Dogman, est-ce vraiment l’attribut qui convient à Marcello, qui toilette avec passion et amour des chiens de toute taille et de toute race ? Ou bien serait ce plutôt Simoncino, qui se montre au quotidien sous un aspect bestial digne d’un chien enragé ?Le film est de fait assez troublant …

Marcello Fonte incarne effectivement très bien cet homme de petit gabarit tout gentil – au point qu’il en est horripilant d’obséquiosité ou de couardise par moment…On a du mal à supporter cette espèce de naïveté généreuse qui par certains côtés le rend agaçant jusqu’à ce que tout change…Mais on est bien entendu outré par l’attitude de Simoncino, brute épaisse sans foi ni loi. Tout ceci fait ressortir un éclairage très glauque de cette société, accentué par un décor gris-jaune comme en décomposition et une météo qui n’a rien de très séduisante pour se rendre en villégiature dans cette station balnéaire !

Si c’était le seul but du film, alors le pari est sans aucun doute gagné pour Matteo Garrone, mais j’avoue que malgré l’authenticité de Marcello Fonte qui lui a valu le Prix d’Interprétation masculine au dernier festival de Cannes, « Dogman » ne m’a pas séduit outre mesure, par sa noirceur et ses scènes de violence. Malgré une belle réalisation et un thème intéressant, ce cinéma italien -à n’est définitivement pas celui que je préfère.

Ma note : 14/20