Show More

Acteurs 

Benoit Poelvoorde

Mathieu Capella

Vincent Lacoste

Anaïs Demoustier

Noémie Lvovsky

Synopsis

Joseph et ses deux fils, Joachim et Ivan, formaient une famille très soudée. Mais Ivan, le plus jeune, collégien hors norme en pleine crise mystique, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer. Car son grand frère Joachim ressasse inlassablement sa dernière rupture amoureuse, au prix de mettre en péril ses études de psychiatrie. Et son père a décidé de troquer sa carrière réussie de médecin pour celle d’écrivain raté. Pourtant, ces trois hommes ne cessent de veiller les uns sur les autres et de rechercher, non sans une certaine maladresse, de l’amour…

 

Mon commentaire

 

Joseph (Benoit Poelvoorde), médecin, vient de perdre Jean, son frère aîné bien aimé. Cette disparition le laisse totalement désarmé et sombre, au point que son mal-être va venir fissurer l’entente chaleureuse et la solidarité qui régnaient entre Joseph et ses deux fils, Joachim (Vincent Lacoste) thésard en psychiatrie, mais étudiant plutôt dilettante ressassant ses échecs amoureux et Ivan (Mathieu Capella),13 ans, collégien en pleine crise d’adolescence, un brin mystique et en mal d’amour. Si Joachim en pleine névrose continue son chemin à la recherche de l’amour idéal et reste persuadé qu’il sera un jour le plus grand psychanalyste du monde, Ivan de son côté a vu ses modèles familiaux tomber en pleine déconfiture du jour au lendemain. De plus, Joseph a décidé d’abandonner la médecine pour se lancer dans l’écriture, mais son roman manque cruellement de talent et d’originalité même si personne ne veut lui avouer.

Résultat : Ivan multiplie les absences au collège, les fugues et les propos enflammés. Il déverse ainsi sa colère qui alterne avec des silences pleins de ressentiment, qu’il n’interrompt que lorsqu’il décide de se lancer dans des opérations de séduction au collège...
Pour son premier long métrage « Deux Fils », l’acteur Félix Moati a choisi de se focaliser sur la thématique de la famille : celle constituée par les deux frères et leur père Joseph semble bien soudée malgré l’absence de la mère, mais apparait vite fragilisée sous l’effet d’évènements extérieurs. Ici, pas de volonté d’opposer les deux frères entre eux, ni de raconter les relations difficiles d’un fils avec son père. En réalité, dans le style comme parfois même dans les situations, on sent que le metteur en scène a voulu s’inspirer du cinéma de Woody Allen, notamment dans la façon de traiter un sujet grave sur un mode tragi-comique, certaines scènes qui pouvant même tourner au burlesque. Et pourtant, la mayonnaise a du mal à prendre malgré toute l’espièglerie et le talent d’Ivan - Mathieu Capella, dont le personnage constitue la colonne vertébrale du film. Car autour de lui, Benoit Poelvoorde manque un peu d’authenticité et de son côté, on a connu Vincent Lacoste dans des rôles plus originaux que cette composition certes pas désagréable mais qu’on a trop l’habitude de lui voir jouer.

On apprécie aussi le charme et la fraîcheur du jeu d’Anaïs Demoustier, dans le rôle d’Esther, prof de latin d’Ivan et accessoirement nouvelle petite amie lumineuse de Joachim, dont la présence féminine replace au centre de cette famille le rôle de la femme.

Il y a certes beaucoup d’amour dans ce film, notamment celui maladroit mais réciproque que se portent les trois hommes de cette famille meurtrie, ainsi qu’un talent certain de Félix Moati sur la façon dont il filme des vues de Paris by night, auxquelles des morceaux de jazz apportent une belle note élégante. En résumé, une comédie douce-amère certes pas désagréable à regarder mais sans plus et qui manque singulièrement d’originalité..

Ma note : 11/20