Détails au Théatre du Rond Point jusqu'au 2 février 2020

Acteurs

Isabelle Carré 

Ophelia Kolb

Laurent Capelutto

Antonin Meyer-Esquerré

Synopsis

Erik, Stefan, Ann et Emma s’aiment, se trahissent, se quittent. Ils construisent, hésitent et détruisent. Ils sont éditeur, auteur, romancière, médecin. Détails, c’est dix ans de leur vie, à Stockholm, Florence et New York. Leurs années quatrevingt- dix s’émaillent d’échecs et de succès relatifs, d’atermoiements, de mauvais choix, avec ou sans enfants. Avec les venins du temps, et son ironie aussi. Saga pour un quatuor, Détails dépeint les cafés, la vie culturelle et sociale d’un monde au tournant du siècle, et qui s’effrite, prend l’eau de partout. Failles profondes. Mais en surface restent les détails où le diable se cache, et la drôlerie avec.

Écrivain suédois, héritier de Strindberg et de Bergman, entré au répertoire de la Comédie-Française, Lars Norén s’impose en sismographe des relations humaines, du tragique social, tous milieux confondus. Il construit le kaléidoscope d’une génération et de son époque, avec successions truculentes de flashs, scènes courtes au dialogue affilé. Frédéric Bélier-Garcia, complice de l’aventure du Rond-Point depuis sa création, y a présenté Honneur à notre élue, Perplexe, Yaacobi et Leidental, Le Mental de l’équipe, Et la nuit chante, Une nuit arabe et récemment Retours suivi de Le Père de l’enfant de la mère. Il implose dans Détails les conforts d’un monde qui coule et qui l’ignore. Il traverse avec une drôlerie grinçante dix années de vies de couples, croisements, évitements et transformations. Pierre Notte

Mon commentaire

Lars Norén, né en 1944, est un auteur et metteur en scène suédois de grande réputation : il est même considéré comme le digne successeur de Strindberg…

Comme son nom l’indique, « Détails » pièce publiée par l’auteur est une somme de souvenirs récupérés çà et là par les quatre personnages Ann (Isabelle Carré), marié à Erik (Laurent Capelutto), éditeur, Emma (Ophelia Kolb) une jeune femme, en couple avec Stéphan (Antonin Mayer-Esquerré) un jeune écrivain en devenir… Tout cela sur une période de 10 ans, durant la dernière décennie du XXème siècle, entre Stockholm, New York et Florence. Les couples se font et se défont, se retrouvent puis se quittent au hasard des soirées ou de voyages, les femmes ne parvenant pas à avoir d’enfants, alors que ces messieurs sont déjà pères, à la faveur d’unions précédentes. Il y a souvent beaucoup d’amertume dans la bouche de ces personnages, qui racontent aussi bien leurs regrets qu’ils évoquent leurs fantasmes. On pense bien sûr que la pièce et les personnages sont le reflet autobiographique d’une certaine partie de la vie de Lars Norén, qui en aurait tiré l’idée suite à des notes prises durant la décennie…

La pièce dont la mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia s’avère d’une neutralité extrême et comme elle dure plus de 2 heures, petit à petit malheureusement le chassé-croisé des couples si traditionnel dans le théâtre de boulevard finit par primer sur l’aspect des souvenirs de l’époque évoquée, que ce soit par le truchement des films sortis alors sur les écrans, les écrivains en vogue ou bien les drames de l’époque, que ce soit le Sida ou la guerre de Yougoslavie. Résultat manifeste : l’attention décline et l’ennui n’est pas très loin, surtout que ces détails foisonnent sans qu’on sache réellement où ils vont nous emmener.

Heureusement, la pièce bénéficie de la grande qualité de l’interprétation, notamment en premier lieu celle d’Isabelle Carré, interprétant avec une belle sensibilité le personnage d’Ann, tour à tour enjouée et fantaisiste, forte en apparence mais d’une grande fragilité. Chacun des acteurs joue individuellement une belle partition qui s’intègre parfaitement dans un tout complexe mais qui fait sens. Ce n’est déjà pas si mal.

Ma note : 13/20
details_-_affiche_de_fin-4601435