Acteurs :

Olivier Gourmet

Adèle Bochatay

Louka Minella

Delphine Bibet

Michel Voïta

Isaline Prévost

Synopsis

Cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Frank consacre sa vie au travail. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise à bord d’un cargo, Frank, prend - seul et dans l’urgence - une décision qui lui coûte son poste. Profondément ébranlé, trahi par un système auquel il a tout donné, le voilà contraint de remettre toute sa vie en question.

Mon commentaire

Voilà un film qui se veut la retranscription d’un drame social et pose clairement la question de la place du travail dans l’existence de chacun d’entre nous aujourd’hui. Frank (Olivier Gourmet) est cadre supérieur dans une entreprise de transport de fret maritime suisse : son rôle est complexe, car il doit assurer à distance - il ne connaît souvent pas ses interlocuteurs à bord des navires- d’abord la sécurité des marchandises et la garantie qu’elles soient livrées à temps, partout dans un monde habitué à la consommation quasi-instantanée de produits venant des quatre coins de la planète. Un grain de sable va enrayer une mécanique apparemment bien huilée : un jeune passager clandestin malade qui s’est infiltré dans un des navires va lui coûter son poste et bouleverser son existence, alors qu’il a 55 ans et mène un train de vie très aisé…

Certes, on est plus que compatissant vis-à-vis de Frank, à la fois porté par le système en même temps  que victime, qui a consacré sa vie essentiellement à ce travail nécessitant présence d’esprit, réactivité et efficacité, au détriment de sa - grande - famille souvent négligée. Perdre son emploi est pour lui symbole de faiblesse et d’échec, au point que Frank ne peut se résoudre à partager son drame et ses angoisses même avec son épouse. Mais c’est là que le film est déroutant : si Frank pense à remettre son existence et ses principes en question, visiblement, il n’a pas le soutien de sa femme ni de ses enfants, qui non seulement le méprisent pour la raison de son licenciement, mais parallèlement se taisent mais refusent de réduire le niveau d’un train de vie exubérant qui s’apparente à celui d’une famille particulièrement nantie… Frank doute de tout et se retrouve au ban de la société. Il n’est absolument pas certain de la direction à prendre pour la suite, envisageant même le pire. Dommage que le film reste extrêmement ambigu à ce sujet et ne pose pas les bonnes questions, se contentant d’argumenter que le rouleau compresseur du capitalisme est en marche et que nul ne peut s’y opposer.

On appréciera certes l’interprétation sans fausse note d’Olivier Gourmet, mais on trouvera paradoxalement les seconds rôles bien inconsistants, sans compter quelques invraisemblances et des coups de mou du scénario, notamment en matière de timing et de lieux. Certes, Antoine Russbach a choisi de ne pas porter de jugement sur l’amoralité du système, mais le constat et la démonstration qu’il a voulus en tirer pour ce qui me concerne m’ont paru peu convaincants. Décevant.

Ma note :   10/20