Show More

Acteurs :

Nina Meurisse

Fiacre Bindala

Bruno Todeschini

Grégoire Colin

Augustin Legrand

Synopsis

Jeune photojournaliste éprise d'idéal, Camille part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse emportée par la tourmente. Désormais, son destin se jouera là-bas.

Mon Commentaire

Camille Lepage (Nina Meurisse), jeune photographe française réputée a couvert entre 2013 et 2014 pendant plusieurs mois le conflit entre ethnies chrétienne et musulmane en Centrafrique, conflit qui s’est envenimé et a dégénéré en guerre civile. Le réalisateur Boris Lojkine pour son second long métrage nous livre ici un film brut autour d’un biopic sur cette jeune femme dont on ne peut qu’admirer le courage, son goût particulier mais déraisonné pour vivre au cœur de l’action, qui finalement la conduira à sa perte, puisqu’elle sera tuée à 26 ans alors qu’elle tourne un reportage au milieu d’échange de tirs nourris entre les milices ‘anti-balaka’ (chrétiennes) et celles des ‘Séléka’ (musulmanes). De façon récurrente, Boris Lojkine intégrera tout au long du film des photos qui ont été réellement prises par Camille Lepage, afin de nous la rendre plus proche encore.

Mais plus qu’un véritable biopic, « Camille » est avant tout le récit initiatique d’une jeune femme idéaliste, convaincue de l’importance de raconter les populations oubliées de ce monde et de leur venir en aide, malgré la complexité et la violence des guerres civiles qui les déchirent…On ne peut qu’être bluffé par l’interprétation de Nina Meurisse dans le rôle principal, son œil de photographe et son objectif s’immisçant en permanence au plus près de l’action et des visages, au point même de lasser ses sujets et d’agacer les autres compatriotes reporters qu’elle croise à de nombreuses occasions.

Après avoir rencontrée Camille dans son rôle de photographe reporter, on la retrouve photographier dans le quotidien, partager la vie-même des milices anti balaka, qui couvrent la région à la recherche de leurs ennemis, organisant des raids à moto dans des tenues dignes de Mad Max de brousse. Mais dans quel but réellement est-elle là ? Est-ce par pure griserie ou bien par inconscience, d’autant qu’elle n’est plus investie d’aucune mission, ou peut-être par admiration ?’ Dommage en tout cas que le film ne permette pas de comprendre un peu mieux la personnalité de Camille, le seul aparté de fêtes de fin d’année en Anjou étant un peu maigre pour saisir les tenants et les aboutissants de sa passion.

De même, on peut regretter que le besoin permanent pour les media de parler de sujets sensationnels assortis de photos choc qui est juste évoqué n’ait pas été davantage creusé…Mais surtout, au bout de ces 90 minutes, on n’aura pas compris les origines du conflit et le pourquoi de l’intervention des forces armées françaises après saisine du Conseil de Sécurité, forces qui se révèlent au demeurant incapables de lutter contre la violence et la barbarie extrêmes qui sont pratiquées de part et d’autre par ces milices ennemies.

Reste à signaler que « Camille » s’est vu attribuer le Prix du Public au dernier festival de Locarno, et Nina Meurisse a reçu le Prix d’interprétation féminine au dernier festival francophone d’Angoulême, preuve qu’il ne laisse personne de marbre.

Ma note :   14/20