Acteurs 

Lou de Laâge

Isabelle Huppert

Benoît Poelvoorde

Damien Bonnard

Vincent Macaigne

Charles Berling

Jonathan Cohen

Pablo Pauly

Richard Fréchette

Synopsis

Claire, jeune femme d’une grande beauté, suscite l’irrépressible jalousie de sa belle-mère Maud, qui va jusqu’à préméditer son meurtre. Sauvée in extremis par un homme mystérieux qui la recueille dans sa ferme, Claire décide de rester dans ce village et va éveiller l’émoi de ses habitants... Un, deux, et bientôt sept hommes vont tomber sous son charme ! Pour elle, c’est le début d’une émancipation radicale, à la fois charnelle et sentimentale…

Mon commentaire

Pour son nouveau film, la prolixe réalisatrice Anne Fontaine (à son actif, entre autres, il y a « Nettoyage à sec » (1997), « la Fille de Monaco » (2008 », « Gemma Bovary » (2014), « les innocentes » (2016) ; Marvin ou la belle éducation (2017)…) nous propose une libre adaptation du conte « Blanche Neige et les sept nains ». Claire (Lou de Laâge) est une jeune femme à la beauté sublime qui tourne la tête des hommes, y compris celle de Bernard (Charles Berling), l’amant de sa belle-mère Maud (Isabelle Huppert). Sous couvert de tendresse et de feinte complicité, Maud n’a qu’une idée en tête, celle de se débarrasser de Claire. Mais cette dernière est sauvée in extremis d’un kidnapping et recueillie dans la demeure isolée d’un homme un peu étrange, François (Damien Bonnard). Claire reprend rapidement ses esprits, par le simple fait que tous les hommes qu’elle rencontre tombent sous son charme ; elle décide donc de s’installer dans ce village de montagne. Une nouvelle vie qu’elle est décidée à croquer à pleines dents commence pour elle…

Dans cette adaptation du conte, Claire n’est en aucunement en situation de faiblesse vis-à-vis de quiconque. Au contraire, c’est elle qui va découvrir qu’elle peut mener la danse et qui va s’émanciper au contact des différents hommes qu’elle va rencontrer, sans réaliser vraiment qu’elle fait preuve par sa domination et son indépendance d’une certaine cruauté à leur égard. Elle aime tous ces hommes, qui sont eux-mêmes totalement accros ! Dans ce film, l’atmosphère parfois lourde et sensuelle se rapproche des réalisations « chabroliennes », on pourrait même penser qu’Anne Fontaine s’est probablement inspiré du style de ce maître des comédies dramatiques dans les milieux bourgeois de province : même façon de filmer, même ambiance un peu anxiogène qui tient le spectateur en haleine, à mi-chemin entre éblouissement et frisson sur ce qui pourrait arriver, si toutefois la cruelle Maud arrivait à ses fins. .

On pourra dire qu’on a déjà vu Isabelle Huppert dans ce genre de rôle, celle d’une femme superbe dont la soif de vengeance est inouïe ; néanmoins, une fois de plus, le rôle lui colle à la peau comme un gant. Face à cette belle-mère véreuse, Lou de Laâge est juste magnifique de sensualité et très à l’aise dans la peau de cette femme qui s’émancipe tout en conservant une naïveté désarmante vis-à-vis du danger qui rôde. Tous les seconds rôles sont par ailleurs excellents et constituent une excellente alternative aux sept nains du conte de Grimm. Les images sont superbes, pour ne rien gâcher. Certains trouveront peut-être le film un tantinet convenu, voire caricatural. Et puisqu’il s’agit d’un conte, pourquoi ne pas avoir poussé plus loin dans le paroxysme de cette sensualité et de cette sexualité débridée ? Anne Fontaine néanmoins après deux dernières réalisations plutôt dramatiques nous propose un film beaucoup plus ambigu, alliant suspense et quelques belles situations humoristiques, ce qui n’est déjà pas si mal.

Ma note : 15/20