Show More

Acteurs

Chadwick Boseman

Michael J.Bodman

Lupita Nyong’o

Danai Gurira

Letitia Wright

Martin Freeman

Synopsis

Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

Mon commentaire

Dans le royaume africain de Wakanda, petit pays puissant en technologie et en matière première, T Challa (Chadwick Boseman) est appelé à monter sur le trône selon le rituel traditionnel à la mort de son père. Il reprendra aussi le rôle de Black Panther, justicier en charge de la préservation de la paix et de la protection du Wakanda, dont les considérables réserves en métal rare et les avancées technologiques sont l’objet de convoitises, notamment de la part de certains espions Américains mais aussi de la CIA, et d’un mystérieux afro américain, Erik Kilmonger (Michael J.Bodman)

Black Panther a fait sa première apparition en 1966 chez Marvel Comics Dans ce nouveau volet des adaptations Marvel, ce n’est pas tant l’histoire qui est intéressante, mais bien plus l’originalité du propos et les spécificités des personnages. Ici d’abord, la presque totalité des personnages du film est noire La tradition et les valeurs africaines tribales sont au moins aussi importantes que la force et le pouvoir qui pourrait prédominer compte tenu des avancées technologiques du Wakanda. C’est également pour la première fois un réel hommage à la gente féminine dans son ensemble, quelles qu’en soient les fonctions au sein de la tribu : la prêtresse qui fait boire l’élixir au futur roi, les superbes guerrières autour d’Okoye (Danai Gurira)  - dont il est dit  en début de film qu’elles ont le profil de Grâce Jones ! -, la jolie petite sœur de T’Challa (Letitia Wright), à l’humour décapant, férue de technologie et maîtresse en la matière, ou bien encore la jeune Nakia ( Lupita Nyong’ ô) admiratrice de T’Challa, qui lui sera dévouée jusqu’au bout par admiration et amour.

Les paysages d’Afrique sont magnifiques, les images de synthèse dévoilant la capitale de Wakonda bluffantes, les scènes de poursuites en voiture tout à fait crédibles et haletantes. Cerise  sur le gâteau, la scène de combat en fin de parcours donne  même l’impression d’assister à une charge héroïque digne du Seigneur des Anneaux !

Si en revanche quelques scènes de bagarres entre les Black Panthers paraissent un peu longues, on peut néanmoins reconnaitre qu’il ne faut pas bouder son plaisir devant ce spectacle de grande qualité, bien loin et d’esprit assez différent des traditionnels films de la génération Marvel. Le message subliminal ici est bien plus fin : il y a l’urgence de la nécessité de reconnaître pour ce qu’elle est vraiment  la population afro-américaine, avec ce qu’elle représente d’espoir et de souffrance. Il est d’autant plus important de le souligner qu’actuellement sous l’ère Trump, cette population de nouveau fait l’objet de sectarisme et de ségrégationnisme. Dan le film, le héros de cherche pas à bafouer les valeurs de ses ancêtres, ni de sa tribu. Il aspire juste à être le garant de la paix en voulant à tout prix préserver son peuple, sa culture et ses valeurs. Son but n’est absolument pas la domination du monde, pas plus d’ailleurs que ce n’est celui de son ennemi qui cherche uniquement à venger son père d’une injustice non maîtrisée. Il y a d’ailleurs beaucoup plus de détresse et d’émotion que de haine dans la personnalité de ce dernier…

Au total, une belle surprise. A quand le prochain opus? On en redemande !

Ma note : 16/20