Show More

Acteurs 

Sasha Luss

Helen Mirren

Luke Evans

Cillian Murphy

Adrian Can

Alexander Petrov

Synopsis

Les Matriochka sont des poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres. Chaque poupée en cache une autre. Anna est une jolie femme de 24 ans, mais qui est-elle vraiment et combien de femmes se cachent en elle ? Est-ce une simple vendeuse de poupées sur le marché de Moscou ? Un top model qui défile à Paris ? Une tueuse qui ensanglante Milan ? Un flic corrompu ? Un agent double ? Ou tout simplement une redoutable joueuse d’échecs ? Il faudra attendre la fin de la partie pour savoir qui est vraiment ANNA et qui est “échec et mat”.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Mon commentaire

Chacune des réalisations de Luc Besson est toujours attendue avec un brin de d’excitation, mais depuis quelques années aussi avec un a priori pas forcément positif. D’autant que la bande annonce de « Anna » proposée depuis plusieurs mois sur les écrans de cinéma n’est pas sans rappeler le formidable « Nikita », sorti il y a maintenant une trentaine d’années et ayant permis à Anne Parillaud d’être remarquée de façon très positive dans le milieu.

Alors, Luc Besson se contente-t-il réellement d’une nouvelle version de ce film culte, en nous proposant pour la première fois de découvrir au cinéma Sasha Luss, qui incarne Anna, ce mystérieux personnage dont les profils s’empilent à la manière de la célèbre poupée russe Matriochka ? D’une façon générale, « Anna » prouve que Luc Besson poursuit son chemin en créant depuis plusieurs années des caricatures de femmes, de très belles machines à tuer de plus en plus déshumanisées. Si la plastique de Sasha Luss ne manque pas de charme, on regrette néanmoins que son personnage soit juste la métamorphose d'un être humain en machine anonyme, pour laquelle donner la mort à autrui n’induit plus aucune émotion. Et quand Anna manifeste l’envie de recouvrer sa liberté, on a forcément quelques difficultés de la croire.

« Anna », dont l’action se situe en dans la seconde partie des années 80, est en fait simplement un film d’espionnage bon teint au cours duquel les écoles de la CIA, représentée ici par Lenny Miller (Cillian Murphy) et celle du KGB, sous la houlette d’Olga (Helen Mirren, assez caricaturale dans ce rôle de composition) s’affrontent par l’entremise d’Anna. Les règlements de compte qui sont légion -on ne compte même plus le nombre de victimes - alternent avec les scènes de ‘repos’(!) de l’héroïne. Pour corser le tout, Luc Besson a choisi de faire d’incessants et lourdingues bons en avant et/ou en arrière dans cette histoire où il souhaite que toutes les pièces du puzzle s’imbriquent parfaitement les unes dans les autres.

En bref, si vous considérez que les scènes de combat tiennent plus d’un mauvais jeu vidéo, que les anachronismes sont assez catastrophiques (présence de téléphones portables ou d’ordinateurs portables à écran plat en 1990 !?!), sans compter que l’Hôtel Meurice de Paris cité à plusieurs reprises ressemble bien plus au Shangri-la et que les effets spéciaux sont plutôt ratés, tout cela pourra expliquer pourquoi « Anna » ne restera pas dans les annales. Il est temps pour Luc Besson de changer de registre !

Ma note : 08/20