Show More

Résumé

Sa vie parfaite est un parfait mensonge. Adolescente, TifAni FaNelli a connu, à la prestigieuse Bradley School, une terrible humiliation publique qui l’a contrainte à se réinventer totalement. Aujourd’hui, elle a un boulot glamour, une garde-robe hors de prix et un fiancé beau et riche. Elle est à deux doigts de cette vie parfaite qu’elle a tant travaillé à obtenir. Mais TifAni a un secret. Son passé, qui n’a cessé de la hanter, menace de resurgir et de tout détruire sur son passage. Premier roman de Jessica Knoll, «American Girl» est un page-turner implacable et sexy.

Mon Commentaire

TifAni FaNelli semble tout avoir pour être heureuse : elle a un job d’éditorialiste reconnue au sein d’un magazine glamour, porte des vêtements hors de prix et s’apprête à se marier avec Luke, un bel éphèbe aux origines familiales plus qu’aisées et qui travaille comme cadre sup dans une grande société américaine. L’avenir semble lui sourire franchement, mais un jour on découvre, en remontant à l’époque où TifAni, alors adolescente, fréquentait la prestigieuse Bradley School, qu’elle a traversé une période extrêmement difficile qui l’a contrainte à se réinventer de fond en comble. Mais va-t-elle vraiment pouvoir échapper à son passé et continuer à garder enfoui le secret qui la taraude depuis si longtemps ?

Après un départ du roman qui semble sorti tout droit du livre « le Diable s’habille en Prada », on comprend que le ton est loin d’être aussi léger qu’on attendait. Car Jessica Knoll, dont c’est le premier roman, nous campe l’histoire plutôt glauque et triste de cette jeune ado TifAni, fraîchement débarquée dans cette nouvelle école réputée et fréquentée par des enfants de parents d’origine bien plus aisée que les siens. Forcément, comme il n’est jamais simple de s’intégrer au sein d’une nouvelle école, il faut parfois aller au-delà de ses limites pour attirer l’attention des autres camarades fortunés afin d’être acceptée dans un groupe…

Le récit alterne des scènes de la vie actuelle de TifAni avec des souvenirs extrêmement précis de situations rencontrées quelque 12 ans plus tôt. Elle n’est d’ailleurs pas très sympathique au demeurant, cette femme, à la fois victime mais également garce et manipulatrice : la vie l’a forgée de cette manière et malgré les années passées, la blessure ouverte ne s’est jamais refermée et on comprend aisément pourquoi. C’est à l’occasion du tournage d’un reportage sur ses années de lycée que sa carapace va enfin se fendre, permettant de comprendre ce qu’elle était et ce qu’elle est devenue.

Les critiques ont souvent fait la comparaison entre ce roman « American girl » et le « Gone Girl » de Gillian Flynn. Ils sont effectivement un peu de la même veine, mais Jessica Knoll a beaucoup dilué la première partie de son livre bien qu’on y ressente clairement une part autobiographique restituant un traumatisme vécu de l’auteure, avant qu’on aborde la seconde, nettement plus intéressante et plus originale, dégageant même un certain suspense… L’actrice américaine Reese Witherspoon en a même acquis les droits pour une adaptation à l’écran.

Pour le lecteur que je suis, ce premier roman se révèle sans conteste très original et plutôt assez bien écrit, dans un style très contemporain qui convient bien. Cependant, il aurait gagné en efficacité en réduisant une première partie bien trop longue pâtissant en outre de redondances – le côté dilué étant souvent caractéristique des romans américains - rendant même l’histoire un peu trop confuse à mon goût. Une jeune auteure à suivre néanmoins par la suite.

Ma note : 13/20

Photo les médiathèques de l'Hers