Court métrage diffusé dans le cadre de ICI, Festival Vietnam mini édition (28-30 juin 2019)

Acteurs 

Linh-Dan Pham

Olivier Ruidavet

Mike Nguyen

Meï Duran

Synopsis

Au début des années soixante, Loan, une jeune vietnamienne, et Pierre, son mari, un Eurasien de nationalité française, arrivent en France pour la première fois et sont accueillis dans un petit village d'Auvergne, dans le cadre d'un programme de rapatriement des Français d'Indochine. Loan est convaincue que leur situation est provisoire et qu'elle repartira rapidement au Vietnam.

Mon commentaire

Lorsqu’on parle du cinéma asiatique, on pense forcément en priorité aux réalisateurs japonais, chinois et désormais coréens… Mais c’est sans compter sur le talent d’autres réalisateurs un peu moins connus, à la tête du cinéma thaïlandais ou encore vietnamien.

Le festival ICI Vietnam du court métrage diffusé ce week-end depuis le cinéma Grand Action rue des Écoles à Paris est l’occasion une fois de plus de découvrir de nouveaux talents qui pourront sans aucun doute bientôt « jouer » dans la cour des grands en réalisant leur premier long métrage. Stéphane Ly-Cuong fait sans aucun doute partie de ceux-là. Après les courts métrages « Feuilles de printemps « (2015) et « Le Grand Bain » en 2016, il nous propose de découvrir « Les Allées de Jasmin » qui racontent comment dans les années 1960 les réfugiés vietnamiens sont accueillis en France dans des villages corons situés en Auvergne. On découvre alors l’histoire de Loan (Linh-Dan Pham) et de son mari eurasien Pierre (Mike Nguyen) qui se voient attribuer un logement sommaire pour rebâtir leur vie, en repartant de rien. Loan semble penser que leur passage dans le village sera bref et que le retour au Vietnam ne tardera pas…Cependant, l’Histoire en décidera autrement.

Malgré de multiples ellipses temporelles, on ne peut qu’être touchés par la poésie et l’élégance du propos de Stéphane Ly-Cuong, qui en fait a voulu simplement retranscrire la propre histoire de sa famille lors de son arrivée en France. Pour mieux resituer l’époque, le film s’ouvre sur quelques images d’époque, rappelant que les Américains ont réussi à faire évacuer in-extremis par hélicoptère un petit nombre de Vietnamiens avant que les Vietminh ne fassent tomber Saigon dans leur escarcelle.

Bien sûr, lorsqu’on pense ‘réfugiés’, on pense très souvent aux ‘boat people’ qui ont tenté de fuir le communisme et leur pays par voie de mer. On pense moins souvent aux réfugiés arrivés dans cette campagne française qui ont connu de réelles difficultés en France pour se réadapter dans un pays aussi différent du leur, surtout lorsque la langue française était au mieux souvent mal comprise. Comment alors gérer toutes les formalités pour être assimilé ? Point n’est besoin de rentrer dans tous les détails des événements, souvent traumatisant à leur façon, que ces familles ont subis. Avec le temps passant, certaines familles sont restées sur place à Noyant sur Allier, moins par goût que par pure obligation et manque de moyens ; d’autres familles en revanche sont parvenues à émigrer vers la région parisienne pour retrouver au moins une vie citadine plus proche de ce qu’elles avaient connu au Vietnam.

Les films traitant de ce sujet n’étant pas légion, il est indéniable qu’il se dégage une émotion profonde lorsque Stéphane Ly Cuong parle de ces périodes, d’autant qu’il a choisi sa propre mère pour incarner son propre rôle dans le court métrage, mais le casting entre autres est composé également par des acteurs d’origine vietnamienne extérieurs à l’histoire de la famille Ly-Cuong pour lesquels le film a constitué une véritable révélation …A quand un long métrage pour en savoir davantage sur le déracinement de ces populations et sur leur intégration dans la société française ? On a hâte d’en savoir plus…

"Allée des Jasmins"est sélectionné dans différents festivals de courts métrages et sera projeté un peu partout en France cet été, puis à Montréal à l'automne. Le film a été acheté par TV5 Monde et sera donc diffusé à la télévision.

Ma note : 17/20
SLC-smaller.jpg

Stéphane Ly-Cuong. photoParisbroadwaysaigon.com