Show More

Acteurs 

Maïwenn

Omar Marwann

Fanny Ardant

Louis Garrel

Dylan Robert

Marine Vacth

Caroline Chaniolleau

Synopsis

Le film faisait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020.

Neige, divorcée et mère de trois enfants, rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien qui vit désormais en maison de retraite. Elle adore et admire ce pilier de la famille, qui l’a élevée et surtout protégée de la toxicité de ses parents. Les rapports entre les nombreux membres de la famille sont compliqués et les rancœurs nombreuses... Heureusement Neige peut compter sur le soutien et l’humour de François, son ex. La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige. Dès lors elle va vouloir comprendre et connaître son ADN.

Mon commentaire

Émir (Omar Marwann) vieil émigré algérien désormais en maison de retraite, reçoit la visite de sa petite fille Neige (Maïwenn), divorcée et mère de trois enfants, qu’il a élevée en l’absence d’un père et tenu à l’écart d’une mère toxique. Mais à l’occasion de la publication d’une biographie que Neige a réussi à faire réaliser avant que l’état de santé de son grand père ne se détériore complétement, toute la famille est réunie autour de lui pour découvrir l’ouvrage qui revient sur les origines de la famille.

C’est donc quatre générations qui se retrouvent autour de lui : ses deux filles, Caroline (Fanny Ardant) et Françoise (Caroline Chaniolleau), ses petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Mais si tous se sentent solidaires autour du vieil Émir qui a toujours constitué le pilier de cette famille aux rapports bien compliqués, les uns et les autres ne partagent pas la même approche vis-à-vis de leurs racines. Avec le décès d’Émir, les frictions deviennent évidentes et se manifestent dès l’organisation des obsèques. Cela va se traduire pour Neige par un véritable crise identitaire et son besoin d’une analyse ADN, que François (Louis Garrel), un ex toujours attentif, va tenter de l’aider à surmonter.

Après, entre autres, les très réussis ‘Polisse’ (2011) et ‘Mon roi’ (2015), on attendait avec impatience le cinquième film de la réalisatrice Maïwenn, qui pour le coup se trouve ici à la fois devant et derrière la caméra. On comprend que le sujet du film lui tient personnellement à cœur, dans cette quête de retrouver ses véritables origines et de pouvoir les transmettre. Si la première partie du film fait la place belle aux querelles de famille avec des moments forts et graves dans les ressentis suite à la disparition d’Émir, entrecoupés par des moments de légèreté emmenés par un Louis Garrel léger, la seconde partie est nettement moins prenante. Certes, on peut comprendre la nécessité d’intercaler des images d’époque, tournés en Algérie et en France pour rappeler cette page dramatique de l’histoire… Mais l’échappée de Neige vers Alger - dont on ne voit que les côtes depuis un ferry- et les images typées documentaire projetées paraissent bien insuffisantes pour parler de l’Algérie d’aujourd’hui et comprendre ce qu’il s’y passe. Pour le coup, si effectivement Neige se sent en communion avec les lieux, il est clair que le spectateur est resté sur l’autre rive de la Méditerranée.

‘ADN’ au total constitue pour moi un film un peu bancal qui peine à convaincre, compte tenu du point de vue extrêmement narcissique et assez déroutant de son actrice/réalisatrice.

Ma note :  12/20