Show More

Acteurs 

Lali Espósito

Gael Garcia Bernal

Leonardo Sbaraglia

Daniel Fanego

Gerardo Romano

Synopsis

Seule présumée coupable du meurtre de sa meilleure amie, Dolorès Dreier, jeune étudiante argentine, attend son procès depuis deux ans. Sa famille, soudée, a fait appel au meilleur avocat de la ville. Avec son équipe, elle prépare minutieusement sa défense. Mais à quelques jours du procès, Dolorès est au centre d’un véritable déchaînement médiatique. Des secrets font surface, la solidarité familiale se fissure, Dolorès s’isole, et la stratégie de défense vacille…

Mon commentaire

Le réalisateur argentin Gonzalo Tobal nous emmène au sein d’une famille bourgeoise, la famille Dreier, au sein de laquelle tout semble pour le moins normal… Dolorès (Lali Espósito) et ses parents Luis (Leonardo Sbaraglia) et Betina (Inès Estevez) reçoivent la visite de journalistes qui travaillent pour un magazine grand public ; l’idée étant de présenter cette famille sous un angle « normal ».On ne sait d’ailleurs absolument rien de ce qui préoccupe cette famille, ni pourquoi on en fait la connaissance …Petit à petit néanmoins on comprend tout de même que Dolorès vit plus ou moins recluse chez elle, car elle est en fait accusée du meurtre sanglant de Cami, sa meilleure amie. Mais depuis deux ans elle attend semble-t-il patiemment l’heure de son procès ! Difficile de continuer à vivre normalement et à côtoyer des amis alors qu’on est en liberté surveillée et que tous ses mouvements et déplacements font l’objet d’un suivi attentif de la part de la police. Certes, la famille entière est soudée autour de Dolorès, d’autant qu’elle a fait appel à Ignacio (Daniel Fanego) le meilleur avocat de la ville pour assurer sa défense. Bientôt, la belle sérénité de façade de cette famille apparemment unie se fissure, d’autant que les media commencent à se déchaîner, que les non-dits se multiplient et que Dolorès interroge sa mémoire sur le déroulé des évènements lors de cette fameuse nuit où elle avait abusé sérieusement d’alcool et finit aussi par douter…

Dans ce film qui commence de façon extrêmement originale, la tension monte progressivement avant le procès puis lors du déroulement de celui-ci, qui donne lieu à des révélations surprises faisant perdre pied petit à petit à la défense. On en arrive ainsi à suspecter le comportement de tous les protagonistes, à mesure qu’est révélée la barbarie du crime !

Parallèlement, le réalisateur a voulu porter un éclairage intéressant sur la fragilité d’un être humain, touché au plus profond de son âme, dès lors que le rouleau compresseur du déchaînement médiatique se met en marche. A cette situation de stress croissant, l’actrice Lali Espósito par son jeu un peu trouble apporte une touche supplémentaire d’intrigue, son visage angélique pouvant porter aussi à confusion. Bien sûr, on ne révélera rien de l’issue du procès, mais on comprend bien que ce qui intéresse au premier chef Gonzalo Tobal, à la fois réalisateur et scénariste, c’est plutôt le côté drame psychologique vécu par Dolorès que le nom du coupable, mais aussi le rôle essentiel des media de nos jours aussi prompts à fondre sur des victimes innocentes et à les calomnier qu’à s’attirer de l’audience à n’importe quel prix. Au total, un film original qui tient en haleine jusqu’au bout.

 

Le film a été sélectionné en compétition lors de la dernière Mostra de Venise en 2018

Ma note : 14/20